mobile logo

Forum

COMMUNAUTAIRE
21 et 22 octobre 2016
Musée des beaux-arts de Montréal
De haut en bas : 1) activité de « speed thinking »; 2) discussion en plénière; 3) exposition « ART-MOB » d’œuvres par Jean-Frédérick Koné, Reinaldo Calcaño et Matt Ayotte; 4) préstation spéciale par l’ensemble vocal Extravaganza. Crédit photos : Thomas Haig (1), Damien Ligiardi (2-4).

Qu’est-ce qui est ressorti du forum?

Asseoir dans une même salle, et pendant deux jours, des membres de la communauté, des soignants, des chercheurs et des intervenants pour parler de la santé et de l’accès aux soins des hommes gais et bisexuels? Pari réussi pour le Forum communautaire MOBILISE!, qui s’est tenu au Musée des beaux-arts de Montréal les 21 et 22 octobre 2016 : plus de 70 personnes ont participé!

L’histoire de l’épidémie du VIH/sida et les préoccupations d’aujourd’hui : des liens étroits

Le vendredi soir le Dr. Réjean Thomas de la Clinique médicale l’Actuel a retracé les grandes étapes de l’épidémie de sida : l’origine du VIH, la découverte des premiers cas, en 1981 et l’identification du virus en 1983, les premiers tests de dépistage en 1985, l’arrivée des trithérapies en 1996, jusqu’à la PrEP aujourd’hui. Alternant entre les faits historiques et le récit personnel d’un médecin engagé dès 1984, Dr Thomas a permis de mieux saisir les liens étroits entre la communauté gaie et la lutte contre le VIH/sida.

forum_mob_01_50      forum_mob_02_50

Dr Réjean Thomas; panel de leaders d’équipes citoyennes (photos : Damien Ligiardi)

Ensuite, durant le panel d’ouverture, des leaders d’équipes citoyennes ont souligné la richesse des discussions menées dans la communauté autour de la santé sexuelle et les préoccupations très diverses qui ont été soulevées : le besoin d’informations, les difficultés d’accéder à certains services de santé, le manque d’espaces pour discuter de sexualité et de prévention. Les co-chercheurs principaux de MOBILISE!, Ken Monteith (COCQ-SIDA) et Joanne Otis (UQAM), ont brièvement résumé les activités et les constats préliminaires du projet. À ce stade, 83 personnes ont participé aux équipes citoyennes et plus de 400 personnes ont répondu au questionnaire en ligne.

Quelques constats initiaux du projet MOBILISE!

Samedi, le forum s’est poursuivi avec la présentation des premières données issues des équipes citoyennes et de l’analyse des questionnaires. Parmi les principaux constats :

  • La connaissance des différentes stratégies de réduction des risques est très variable : sans surprise, le condom et le dépistage sont bien connus. Pour d’autres outils comme la prophylaxie pré-exposition (PrEP) et la prophylaxie post-exposition (PPE), on peut observer des écarts importants entre la connaissance et la perception de l’efficacité préventive. À noter que 17% des répondants ont déjà utilisé la PrEP et elle est non seulement mieux connue, mais également perçue comme plus efficace que la PPE malgré le fait que dans les deux cas, il s’agit de la prise du même type de médicaments antirétroviraux.
  • La considération de la charge virale indique un décalage : elle est connue et perçue comme fiable par les séropositifs, mais beaucoup moins par les autres répondants. Pourtant, l’efficacité préventive de la charge virale indétectable est documentée depuis près de 10 ans. Plusieurs facteurs permettent d’expliquer ce paradoxe : la considération de la charge virale a bénéficié d’une moins grande couverture médiatique que la PrEP; elle implique d’avoir confiance en soi et dans les autres. Malgré l’indétectabilité, certains répondants séropositifs craignent encore de transmettre le VIH et certains séronégatifs sont méfiants lorsqu’un partenaire se déclare indétectable.
  • En ce qui concerne l’accès aux services de santé les parcours vers les services restent parsemés d’embûches, qui freinent ou empêchent l’accès. C’est d’autant plus vrai pour les services non médicaux, en lien avec la précarité, la dépendance, la violence ou les discriminations. Il reste beaucoup à faire pour améliorer le référencement vers d’autres ressources. Les barrières sont aussi internalisées : pour une bonne part des répondants, la honte et la peur du jugement de la part des professionnels de la santé constituent des freins à l’accès aux services.
  • Enfin, l’analyse des données met également en lumière l’existence d’un sous-groupe vulnérable : les personnes qui ne connaissent pas leur statut sérologique. Ces dernières sont moins bien informées en moyenne, et elles sont plus susceptibles d’avoir rencontré des barrières dans l’accès aux soins.

Vers des pistes de solution

Sur ces différents sujets, les débats ont été passionnants et se sont poursuivis en après-midi autour d’une activité de « speed thinking » dont le but était de dégager un premier aperçu des solutions à envisager et des pistes d’action à poursuivre :

  • Les constats préliminaires du projet démontrent bien qu’en terme de barrières à l’accès aux soins, les solutions viendront à la fois de changements structurels et du développement des capacités d’agir dans les communautés.
  • Le bien-être psychologique et l’insertion dans un réseau social sont notamment des facteurs importants de meilleure santé.
  • Les participants ont exprimé la nécessité de voir circuler des informations fiables et objectives sur les différents outils et stratégies de réduction des risques.
  • Au niveau structurel, plusieurs priorités ont été soulignées : mieux former les soignants et les intervenants, sensibiliser les décideurs, mais aussi rétablir l’éducation à la sexualité dans les écoles.
  • Pour faciliter l’accès aux services : une meilleure visibilité des services offerts par les organismes (« qui fait quoi ») ainsi que l’adoption d’une approche plus globale des personnes qui ne serait pas uniquement centrée sur leurs problèmes de santé sexuelle.

Mettons de l’avant les revendications communautaires!

Le projet MOBILISE! représente un levier inédit et puissant pour améliorer la santé sexuelle des hommes qui ont des relations sexuelles avec des hommes à Montréal et au Québec, et des observateurs d’autres villes au Canada sont venus assister aux débats pour s’en inspirer.

Les constats qui ont été présentés et discutés pendant le forum serviront de base pour la rédaction, au cours des prochains mois, d’un énoncé qui reflètera un consensus communautaire et qui résumera les stratégies à mettre de l’avant pour répondre aux besoins prioritaires en ce qui concerne la prévention du VIH et d’autres problématiques de santé auxquelles nos communautés font face.

L’énoncé sera officiellement lancé et diffusé lors d’une conférence de grande envergure qui se tiendra à l’été 2017, durant les festivités de Fierté Canada à Montréal. Restez à l’affût!

Texte : Gabriel Girard, en collaboration avec Thomas Haig